Xavier

La trentaine et deux enfants (Mouna, née en 2009, et Gabriel, né en 2006), nous nous sommes installés au Vigan à l’été 2012 après… une trentaine de déménagements et quelques voyages. Nous avions envie de soigner l’environnement dans lequel allaient grandir nos enfants.

Ingénieur, je travaille au Conseil général comme informaticien, après une formation longue mais un peu sinueuse (j’ai toujours eu un souci avec l’intensif!)…

Nous sommes persuadés que, pour « décroitre » comme pour grandir, il vaut mieux le faire dans le plaisir et le respect, bien entourés. Qu’à plusieurs on peut aller plus loin. En lisant les valeurs du Hameau, nous avons été touchés, en rencontrant les membres nous avons été convaincus, alors nous avons décidé de nous retrousser les manches et de rejoindre le groupe…

Aline

Maman de cinq grands enfants, grand-mère de trois petites filles (12, 10 et 8 ans) , retraitée de l’éducation nationale, 73 ans, j’habite depuis 10 ans dans le Lot où j’ai migré pour rejoindre l’eco-hameau.

Je cherchais comment mettre cette dernière tranche de ma vie, ce temps de la retraite, en conformité avec mes aspirations profondes de vie plus simple, plus proche de la nature, plus respectueuse de l’environnement, d’un moindre impact sur la santé de notre planète, de partage avec d’autres ayant les mêmes aspirations. Je cherchais ce que je pouvais faire pour aider à faire pencher la balance dans un sens plus humain et plus écologique, je cherchais sans le savoir, comment montrer par l’exemple à mes enfants (à tous les enfants) de ce que veut dire pour moi « réussir sa vie »… lorsqu’au détour d’internet je suis tombée sur le site du hameau d’Andral…. Je suis venue voir (c’était en 2011) et je suis restée !

Après trois ans en location à Gourdon, j’habite ma maison sur le lieu depuis novembre 2017 et je m’émerveille toujours chaque matin en ouvrant mes rideaux et chaque soir (ou presque!) devant la voûte étoilée.

Patricia, Mathieu, Piero, Méline

Installés dans le Lot depuis 5 ans, nous avons habité et travaillé dans diverses régions : Vosges, Vercors, Monts du Pilat, Corrèze, Vallée du Rhône. Mathieu a réhabilité un ancien jardin au bord de la Dordogne et entretenu de nombreux espaces verts. Il travaille dans l’entreprise Passivea, constructeur de maisons en bois, depuis 1 an. Patricia a une formation en gestion et protection de la nature et est actuellement chargée de mission éducation au territoire au Parc naturel régional des Causses du Quercy.

Pourquoi s’engager au hameau d’Andral ? Une recherche de cohérence, la force et l’efficacité de l’action collective, un rêve de paysannerie, l’envie de voir grandir nos enfants dans un village intelligent et joyeux… Nous en avons 2, Piero et Méline, de 16 et 14 ans.

Chantal

Me retrouver à l’éco-hameau d’Andral après avoir travaillé pendant de nombreuses années à l’éclosion d’autres écolieux dans une autre région est pour moi une très bonne surprise de la vie. Andral et ses habitants, les Andralopithèques, me sont familiers, je me sens bien dans ce projet en cours de réalisation, et j’espère y apporter ce que j’ai appris ailleurs, en matière de chantier, d’organisation, de relation extérieure ou intérieure, de culture et d’agriculture, de récup’,… peu importe le domaine, pourvu qu’il y ait partage, c’est ce qui me meut (!) pour faire partie d’un collectif, d’un habitat groupé écologique dans tous les sens du terme.

Christiane

Née en 47, retraitée de l’INRA (Institut national de la Recherche Agronomique) dans le domaine de la documentation et l’édition scientifique, parisienne, mutée à Avignon pour le travail. Depuis longtemps je souhaitais vivre proche de la nature et au milieu de personnes ayant la même vision de la vie en société : solidarité, échanges, s’écarter de la société de consommation. Lorsque j’ai visité le terrain en juillet 2009, j’ai tout de suite été touchée par sa beauté, sa variété et, depuis, je ne me lasse pas de l’arpenter de long en large et dans tous ses recoins. L’un de mes centres d’intérêt est les plantes, entre autres les plantes sauvages comestibles. Et puis j’espère trouver au Hameau des partenaires pour jouer au Scrabble, à la belote ou à tout autre jeu.

 
Philippe


Retraité de l’INRA, le doyen du groupe. Je m’intéresse à l’écologie depuis 30 ans. Plantes et insectes sont mes préoccupations au quotidien et le projet du Mas d’Andral correspond à ce que j’aimerais développer en matière d’environnement, de biodiversité et de vulgarisation de ces domaines.

 
David – Elléa (née en 2006) et Rose-Naïs (née en 2008)

Nous avons suivi, ma femme, mes filles et moi, la création de l’éco-hameau d’Andral, au Vigan, depuis Mars 2009. Nous sommes officiellement associés au projet depuis Juin 2010. Nous avons commencé à auto-construire notre maison (parcelle 23) d’environ 110m² habitables en paille, avec la technique du GREB, à l’automne 2012. Nous avons un petit budget (50 000 euros) et avons procédé à beaucoup de récupération de matériaux et équipements (huisseries, tuiles…).

Séparé de ma compagne depuis 2017, je vis seul au hameau et y élève mes filles une semaine sur deux, mon rêve serait que d’autres enfants s’y installent avec leurs parents…

José

56 ans, ingénieur informaticien, a décidé de changer de vie, de construire sa maison. Il a passé son CAP de charpentier constructeur bois. A suivi une formation en permaculture.

Nous nous retrouvons dans les valeurs que porte ce hameau.

Françoise

61 ans, institutrice, mutation dans le Lot depuis septembre 2010. Intéressée par l’aspect collectif de ce projet, la mixité générationnelle, la dynamique engendrée par un projet concret et toutes les perspectives qu’offrent les intérêts et les passions de nos futurs voisins, mais aussi par le fait de réduire notre empreinte écologique.

 
Hélène
« Sois le changement que tu veux voir en ce monde. » Gandhi.

Alors à ma petite taille de colibri par rapport à ce vaste monde que je voudrais meilleur, je fais un pas de côté pour opérer mon changement: Je suis d’origine gardoise mais avec quelques racines lotoises par mon grand père paternel. Étant jeune nous passions tous nos étés dans la région de Cahors qui reste pour moi chargée de souvenirs. Je suis infirmière à Montpellier et malgré mon travail, je trouve beaucoup de difficultés à élever seule mes 2 garçons de 22 et 17 ans dans la tourmente actuelle. J’espère qu’à plusieurs individus motivés nous aurons plus de facilités dans cette nouvelle aventure humaine.

Patricia

Ma 3ème vie, je la prépare depuis 30 ans, mon petit cahier des charges dans la poche : à la campagne mais pas trop éloignée des structures médicales  et sociales. Avec des animaux. Entourée d’individus bienveillants désireux d’une vie saine et simple. Réduire l’impact négatif pour notre planète à mon échelle. Avec une participation commune des terres, des potagers et vergers, des bons moments de partage et de plaisirs …
J’ai visité plusieurs éco-hameaux, participé au montage d’un oasis en Ariège. J’ai apprécié la gouvernance de ces lieux. Et puis, j’ai trouvé l’éco-hameau d’Andral.
Je m’y suis plue. Il correspond à mes envies et après le parcours de cooptation nécessaire, j’ai posé mes valises dans ce lieu.

Didier

60 ans, musicien de profession, travaille actuellement en spectacle de rue, a des projets autour de la musique, initiation, production de spectacles.

 
Jean-Jacques

souhaitait depuis longtemps devenir auto- constructeur et souhaite mutualiser les compétences dans ce projet.

Nathalie

48 ans, salariée à la Biocoop de Gourdon, s’est fortement impliquée dans la vie péri-scolaire de son village francilien.

Eric

Né en 1961, revenu des Antilles depuis 2006 où j’ai vécu pendant 23 ans, a acheté une maison sur le hameau. Après avoir fait partie d’un projet d’un éco-hameau école qui n’a pas abouti dans la région d’Orléans, une amie m’a orienté vers notre groupe. Le concept de la maison et de l’éco-hameau participatif m’ a beaucoup plu. Ficelle, ma chienne Border Collie s’épanouit librement dans la nature.
J’ai le projet de planter des arbres et je rêve d’être témoin d’un jardin forestier.

Gildas

Papa de Yann né en 2016. Je partage mon temps entre mon travail à Brest et mon militantisme au sein de différents mouvements climat. Récemment arrivé, je m’intègre petit à petit à la vie du hameau, afin d’être en mesure d’y vivre une semaine sur deux.

 
Maïté

Je me rapproche progressivement depuis 4 ans du Lot où j’espère m’installer très prochainement. J’ai quitté en même temps que mon lieu de vie dans le Var, mon poste de travailleur social, pour me consacrer à ma formation de gestalt thérapeute. Le projet d’Andral  c’est pour moi une expérience à vivre. Avec les autres, j’essaie de construire des conditions de vie qui ressemblent un peu plus à celles que j’imagine, auxquelles j’aspire. Pour moi la transformation sociale et la transformation personnelle sont des chemins très imbriqués et passionnants. J’aime les groupes qui me dynamisent et m’aident à mettre mes actes en cohérence avec mes idées. J’aimerai rencontrer dans le groupe, ou autour, des personnes avec qui m’associer pour créer un dispensaire de médecines alternatives, pour l’accès de tous à une médecine plus humaniste.
Je participe à un groupe de pratique de communication non violente. J’aime aussi coudre, bricoler et faire la fête.  Plus tous les possibles, j’espère, que la vie à Andral nous permettra.

Mes enfants ont 26, 19 et 15ans, seule la dernière est à la maison.